Actuellement, de moins en moins de jeunes décident de conduire une moto, ce à quoi l’industrie de la moto a déjà réagi. Cependant, pas avec des campagnes visant à encourager les jeunes à conduire une moto, mais avec des machines à prix élevé que les liquides de la mi- trentaine aiment acheter. Il est également intéressant de noter que, le nombre d’immatriculations de motos est en constante augmentation.

Les causes du vieillissement progressif des motocyclistes sont multiples

L’une des raisons est certainement que l’industrie des motocyclettes ne sollicite pas activement les jeunes clients. La publicité ne vise souvent que les “clients existants” et est généralement placée là où l’on peut trouver ce groupe : lors de réunions, dans les magazines de moto, à la télévision pendant les programmes sportifs de courses de motos. En outre, la publicité est souvent purement liée au produit. Un conducteur anonyme est assis sur une moto qui est au centre de la présentation du produit et à la fin, il y a un grand. Seules les personnes qui conduisent déjà une moto sont concernées. De plus, la moto est souvent poussée au coin des loisirs “cool” et “branchés”. Mais un jeune de dix-huit ans n’a généralement pas le changement nécessaire pour un tel loisir. Mais ce n’est pas comme si l’industrie de la moto ne contribuait pas au développement de la jeunesse. Après tout, il y avait des promotions spéciales pour les jeunes, telles que des billets moins chers et de vraies offres pour les jeunes.

Le permis de conduire de classe A, très cher, n’est pas non plus très convivial pour les débutants. Comme il faut aussi passer le permis de conduire de classe B à dix-huit ans, un plaisir coûteux et l’idée de ne faire pour l’instant que de la classe A, presque personne ne vient, puisque la voiture se place naturellement en premier plan, même si – ou tout droit car – avant deux ans, on conduisait des scooters.

Et puis il y a aussi la bourgeoisie, c’est-à-dire papa et maman, qui ne conduisent pas eux-mêmes de moto et qui sont malheureusement façonnés par une vision dépassée des motards, car dans leur jeunesse, seuls les rockers rebelles faisaient cela, et ils n’étaient pas dégoûtants et étaient de toute façon tous des criminels. C’est peut-être exagéré, mais en fin de compte, ces préjugés quels qu’ils soient se traduisent. C’est ce que pense malheureusement encore trop souvent la classe moyenne de la société.

Mais cela ne s’applique qu’aux jeunes qui envisagent d’obtenir un permis de conduire pour motocyclette. La plupart d’entre eux n’ont même pas cette bonne idée, car on leur dit dès leur plus jeune âge à quel point la moto est dangereuse et que les motards sont responsables des accidents et sont de toute façon les pires. Cela semble difficile à imaginer, mais malheureusement cela existe vraiment et ne correspond pas le moins du monde à la réalité. Le nombre d’accidents impliquant de jeunes motards n’a cessé de diminuer ces dernières années.

Mais vous auriez également peur pour votre fille ou votre fils de 16 ans, s’il était contraint par l’État à rouler à 80 km/h sur les routes de campagne ou l’autoroute. La classe A1 est une imposition dangereuse et, de plus, le permis de conduire pour cette classe n’est que légèrement moins cher que la classe A. D’autres pays européens le font ici même. En Espagne, les jeunes ayant une classe de permis de conduire comparable sont autorisés à conduire des motocyclettes jusqu’à 14 CV et à 120 Km/h. Ainsi, la moto est apprise correctement et il n’y a pas de situations dans lesquelles des conducteurs de voitures et de camions ennuyés pourraient mettre en danger la sécurité d’un jeune “rapide” de 80 km/h. Il suffit donc d’y être à 100 Km/h pour qu’un motocycliste en dehors de la ville ne devienne pas un obstacle à la circulation.

Changement de la relation de la société avec le motocyclisme

Dans l’après-guerre, la moto était un bon et souvent le seul moyen de retrouver la mobilité, car une voiture était tout simplement inabordable pour beaucoup. Lorsque le “miracle économique” a commencé, la situation a changé. Les salaires ont augmenté et beaucoup ont pu s’offrir une petite voiture. La moto est un peu tombée dans l’oubli, jusqu’à ce que, dans les années 70, un grand boom conduise à une nouvelle “génération de motos”. Mais cette fois-ci, il ne s’agit pas de parvenir à la mobilité, mais de se rebeller contre les valeurs existantes et de rendre justice à leur propre aspiration à l’autonomie, à la liberté et à un autre mode de vie. Pour beaucoup, la moto était un chemin à la recherche de leur propre identité.

La société est devenue très automobile

Pour de nombreux jeunes, il n’est tout simplement pas nécessaire de conduire un scooter ou une moto, après tout, maman aime jouer au taxi et, dans les grandes villes, les liaisons par les transports publics sont si bonnes que l’on peut économiser cet argent pour le prochain “téléphone portable”, le prochain sac à main ou 2 nouveaux jeans, qui ne sont malheureusement plus “in” après 3 mois. Certes, la jeune génération n’a pas la tâche facile pour répondre aux exigences de consommation de ses parents et avec une mentalité de “l’avarice c’est cool” et “acheter, acheter, acheter”, il ne reste pas beaucoup de ressources pour un deux-roues, même si l’intérêt est bien là selon les études.

Quoi qu’il en soit, le fait est que les motocyclistes manquent de la prochaine génération et cela finira par affecter l’industrie de la moto. Et puis soudain, des mesures sont prises, des lobbies politiques sont essayés, le budget des relations publiques est augmenté et tente désespérément de vendre la moto à la jeune génération comme étant “branchée” et “tendance”. Au final, “la moto” finit par dégénérer en un pur produit, ou en un appareil de sport tendance. C’est aussi un sport tendance. Quelque chose d’important serait perdu : Le “nous” des motards, parce qu’il est basé sur plus qu’un simple équipement sportif de loisir. Il est basé sur la vague qui a commencé dans les années 70 et s’est poursuivie dans les années 90.

Que faut-il donc faire pour que cette vague ne s’atténue pas ?

Exiger que le permis de conduire pour moto devienne moins cher serait un début, mais ce serait faire preuve d’une grande myopie. Le marché régule le prix, et tant que les consommateurs sont prêts à payer un prix et que tout le monde pense qu’ils font une bonne affaire, rien ne changera. Toutefois, ce problème ne touche pas seulement le secteur des motocyclistes, il touche la plupart des biens de consommation et des services. Mais en fin de compte, beaucoup de choses ne peuvent être réglées que par “le marché”, car l’argent est une partie essentielle de votre vie. Cela peut sembler plausible, mais c’est ainsi.

Un début serait de développer des motos pour des segments de prix adaptés aux débutants afin d’attirer les jeunes. Les prix pourraient être abaissés sans problème pour que cela reste un jeu à somme nulle. À long terme, ce serait un moyen qui serait également profitable aux fabricants de motos. Une autre mesure consisterait en une aide financière pour l’obtention d’un permis de conduire pour motocyclette. Lorsqu’il achète une machine avant d’obtenir un permis de conduire, le fabricant de motos ajoute un certain montant au permis de conduire en espèces. Cette combinaison d’incitations devrait rendre le permis de conduire de classe A attrayant pour les jeunes, en plus de la classe B. Penser à long terme est la devise ici. Une fois infecté par le virus de la moto, il n’y a pas de remède rapide.

On ne peut pas empêcher que la vision de la société sur le motocyclisme change et qu’à cette époque, on ne se réfère plus souvent aux “vieilles valeurs” des années 70. On approche lentement du point où le motocyclisme est de plus en plus considéré uniquement comme un loisir et non plus comme une philosophie de vie. Et cette évolution entraîne également quelques problèmes. La communauté des motards pourrait être divisée en deux camps. D’une part les “vrais motards” et d’autre part les “pédés saisonniers”, les “autres” et les ” coureurs de beau temps “. Cette tendance à la démarcation mutuelle peut déjà être observée aujourd’hui et n’est pas à saluer. Elle ne doit pas se terminer par l’affirmation que vous êtes vous-même le meilleur ou le “vrai” motocycliste. La décision de déplacer une moto par pur plaisir de la conduite et non par une certaine attitude vis-à-vis de la vie ne doit pas être jugée négativement, au contraire. Ce n’est qu’en se rapprochant les uns des autres que certains sous-groupes peuvent être intégrés dans le “grand tableau”.

L’intérêt des jeunes pour le monde de la moto pourrait également être éveillé par le biais d’événements organisés par des clubs. En effet, il sera possible d’organiser un petit 125cc quelque part, où les jeunes pourront s’essayer à l’équitation sur un parcours d’entraînement. Il peut être préféré de participer à cette fête, mais il y a tout simplement trop peu d’offres. Et pour les clubs régionaux, il serait facile d’organiser quelque chose comme cela. Il y aurait certainement d’autres moyens d’intéresser les jeunes au thème de la moto, mais cela nécessite une réflexion à long terme et l’engagement de tous les acteurs concernés (fabricants, motards, clubs, médias).