Les voitures de collection sont indémodables. D’ailleurs, leur succès auprès du grand public ne se dément pas. Les rassemblement de véhicules de collection attirent toujours plus de monde, qu’il s’agisse des collectionneurs eux mêmes ou des passants nostalgiques, heureux de retrouver la voiture que leurs parents conduisaient quand ils étaient petits. Mais à partir de quand, une voiture gagne t’elle ses galons de “voiture de collection”   ?

Qu’est-ce qu’une voiture de collection ?

Rouler au volant d’une voiture de collection est un luxe réservé à quelques privilégiés. C’est ce qui peut expliquer le succès des événements d’entreprise organisés sur le thème de l’automobile, team building circuit et autre incentive automobile. Ces événements permettent à quelques “happy few” de conduire de vieux modèles mythiques.

D’autres, préfèreront restaurer leur vieille voiture avec soin avant d’en reprendre enfin le volant et de la porter au rang de voiture de collection.

Une voiture de collection n’est autre qu’une voiture ayant plus de 30 ans et n’étant plus commercialisée. Elle ne doit pas avoir été modifiée, être toujours “d’origine” et avoir obtenu la mention véhicule de collection sur son certificat d’immatriculation. Cette appellation ouvre à son propriétaire certains avantages, comme la dispense du contrôle technique ou la possibilité de l’assurer en tant que véhicule de collection. Les voitures anciennes portent une marque spéciale sur la plaque d’immatriculation : un “H”, qui signifie “Véhicule automobile historique”. Pour obtenir ce marquage, les véhicules doivent répondre à des conditions particulières. Ils doivent notamment avoir au moins 30 ans (selon la date de la première immatriculation) et être “bien” conservés. Les voitures classiques présentent souvent des avantages en termes d’assurance et de taxe sur les véhicules, ainsi qu’en termes de directives environnementales. Avec une “plaque H”, la conduite dans les zones environnementales est légale même sans vignette environnementale, l’interdiction de conduire n’a aucune influence ici. Cependant, la voiture ne doit pas être utilisée comme moyen de transport mais uniquement pour un usage ponctuel, mettant en avant son intérêt historique et patrimonial.

L’évaluation d’une voiture de collection

L’âge, l’histoire du véhicule et surtout l’état technique et optique ont une influence importante sur la valeur d’une voiture ancienne. En outre, les véhicules issus de la production de masse sont nettement moins chers que les véhicules rares. Les voitures de collection sont évaluées par des experts..

Depuis quelque temps, les experts discutent d’une autre classe spéciale : l'”original non restauré”. L’idée qu’un véhicule ayant une “patine” en tant que témoin contemporain devrait bénéficier d’une valeur plus élevée gagne du terrain. L’argument qui met en avant des véhicules originaux tels que les œuvres d’art et les biens culturels techniques repose sur le fait qu’une nouvelle peinture peut être appliquée à volonté. Cependant, la peinture originale au moment de la production est irremplaçable.

Restauration de voitures anciennes

Mais généralement, pour la revente, la restauration d’une voiture ancienne est nécessaire. La restauration ou la (re)réparation du véhicule fidèle à l’original le rend unique et d’autant plus précieux. Mais qui est qualifié pour restaurer une voiture ancienne ? Et quels sont les coûts à prévoir ? En fonction de l’âge et de l’état du véhicule, des travaux importants peuvent être nécessaires, c’est pourquoi de nombreux propriétaires décident de laisser le travail à des experts lorsqu’elles restaurent une voiture de collection.

Il existe différentes méthodes de restauration, telles que la “restauration par roulement”, qui consiste à traiter les différentes pièces sans démonter le véhicule dans son ensemble. Il reste utilisable pendant ce processus. Les restaurations complètes, dites “frame-off”, sont toutefois plus courantes. Elles consistent à démonter complètement le véhicule et à réviser toutes les parties de la carrosserie et de l’intérieur.

De nombreux garages sont spécialisés dans les restauration. Leurs services vont généralement de l’achat de pièces de rechange, des conseils et de la mise en œuvre de la restauration et des réparations à l’entretien et à la maintenance des véhicules convoités. On y effectue également des travaux de peinture dans la teinte d’origine ou des retouches de peinture.

L’avantage de faire effectuer une restauration de voiture de collection par un professionnel est, d’une part, que les ateliers trouvent généralement les pièces de rechange d’origine plus facilement et plus rapidement qu’un particulier sans relations appropriées. D’autre part, il est possible de choisir à l’avance le service exact (restauration partielle ou complète) et d’estimer les coûts en conséquence. En outre, les employés ont généralement plus d’expérience dans le domaine de la restauration de voitures, ce qui promet une réparation relativement rapide et sûre.

Qui est responsable des réparations défectueuses ou des dommages ?

En général, il convient de faire appel à un seul atelier pour l’ensemble de la restauration par le biais d’assurances pour véhicules de collection. Si les tâches ou les zones de restauration sont confiées à différentes parties contractuelles, celles-ci ont plus de chances de rejeter toute faute en cas de problèmes de responsabilité. Si un seul partenaire contractuel, par exemple une entreprise de restauration, est choisi, cette entreprise assume également l’entière responsabilité de la restauration de la voiture ancienne. Même si cette entreprise délègue des tâches partielles et, par exemple, commande des pièces ou fait exécuter des travaux externes par des sous-traitants, elle est seule responsable en cas de dommages ou de fautes. Quiconque achète lui-même des pièces qui sont ensuite installées par le partenaire contractuel doit absolument faire établir les reçus de ces pièces et les conserver. Certains défauts ne deviennent apparents qu’avec le temps.

Il est possible de convenir contractuellement que seul le technicien mécatronique “de confiance” effectuera la restauration de la voiture d’époque. En outre, un accord peut également être conclu avec le propriétaire de l’atelier, selon lequel seul lui et/ou le propriétaire lui-même peuvent effectuer des essais de conduite. Cela permet d’éviter les accidents lors d’un tel essai, qui peut être coûteux.

Acheter des voitures anciennes pour les restaurer : Un investissement judicieux ?

Les amateurs de voitures anciennes justifient souvent leur hobby en disant qu’un investissement dans l’une des pièces de collection convoitées constitue un investissement sûr qui est de toute façon rentable. En réalité, les coûts de restauration des voitures classiques et leur valeur réelle sont souvent contradictoires. Il n’est pas rare que les coûts réels dépassent de loin les coûts encourus par les particuliers qui réparent le véhicule en question de leur propre initiative (et sans expertise suffisante).

Les objets automobiles de valeur provenant de fabricants de renommée mondiale tels que Ferrari, Bugatti, BMW ou Mercedes-Benz, en particulier, prennent de la valeur, mais pour beaucoup de gens, ils sont déjà hors de portée au moment de l’achat. Les modèles plus abordables ne présentent généralement pas une telle augmentation de valeur. Mais les coûts de restauration sont encore élevés. Souvent, toutes les étapes nécessaires ne sont pas calculées à l’avance et les coûts supplémentaires ne se manifestent qu’au cours de la restauration de la voiture de collection. Si la voiture n’est pas immédiatement revendue, il faut également se rappeler que non seulement la restauration coûte du temps et de l’argent, mais aussi l’entretien.